IUCN - Des montagnes majestueuses et une rivière sauvage d’importance mondiale

Des montagnes majestueuses et une rivière sauvage d’importance mondiale

02 February 2012 | Fact sheet
0 CommentsWrite a comment

Réserve de parc national Nahanni, Canada, site du Patrimoine mondial

Contexte

La réserve renferme plusieurs canyons au fond desquels rugissent des rapides, ainsi que la chute Virginia, connue sous le nom de Nailicho en langue dénée, qui est deux fois plus haute que les chutes du Niagara. Un des principaux trésors de cette réserve est la rivière Nahanni Sud. Prenant sa source dans les monts Mackenzie, la rivière se gonfle le long de ses 563 kilomètres, prend de la vitesse dans les canyons, dont certains atteignent une profondeur de 1 200 mètres, puis traverse les vallées spectaculaires de la réserve avant de ralentir sa course et d’atteindre la rivière Liard. Le long de la rivière Nahanni Sud se trouvent certains des plus beaux éléments de la réserve, notamment les sources thermales de Rabbitkettle et des cavernes comme la grotte Valerie, qui contient des dizaines de squelettes de mouflons de Dall (Ovis dalli).

Créé en 1976, le parc protège un échantillon représentatif de la région naturelle des monts Mackenzie. La réserve de parc national Nahanni a été en 1978 l’un des douze premiers sites du patrimoine mondial de l’UNESCO à être désignés.

La réserve de parc national Nahanni est gérée par Parcs Canada, l’organisme fédéral responsable de la protection et de la mise en valeur d’exemples représentatifs du patrimoine naturel et culturel du Canada, chargé d’en favoriser chez le public la connaissance, l'appréciation et la jouissance de manière à en assurer l'intégrité écologique et commémorative pour les générations d'aujourd'hui et de demain. Établi en 1911, Parcs Canada est le premier service de parcs nationaux du monde et s’impose aujourd’hui comme chef de file international en matière de conservation.

Les Premières nations du Dehcho représentent les intérêts des collectivités dénées et métisses de la région. La vision des Premières nations du Dehcho est d’assurer la force, la fierté et le bonheur de son peuple grâce à l’autonomie gouvernementale et au développement économique durable, tout en conservant l’intégrité des terres et des traditions dénées et métisses.

Regardez des images du parc



Dimension et emplacement

La réserve de parc national Nahanni est située dans la partie sud-ouest des Territoires du Nord-Ouest, au Canada, à environ 500 km à l’ouest de la ville de Yellowknife. On accède habituellement à la réserve par hydravion à flotteurs. Elle a une superficie d’environ 476,560 ha.


Flore et Faune

Rivières, canyons, toundra alpine et forêt boréale sont les paysages typiques de Nahanni réserve de parc national.

La réserve de parc national Nahanni compte aussi plusieurs espèces d’animaux sauvages, comme le loup (Canis lupus), le grizzli (Ursus arctos), la chèvre de montagne (Oreamnos americanus), l’orignal (Alces alces) et le castor (Castor canadensis), ainsi que plusieurs espèces d’oiseaux et de poissons. La réserve de parc national Nahanni abrite sept espèces en péril du Canada : le bison des bois (Bison bison athabascae), le caribou des bois – population des montagnes du Nord – (Rangifer tarandus), le moucherolle à côtés olive (Contopus cooperi), l’engoulevent d’Amérique (Chordeiles minor), le quiscale rouilleux (Euphagus carolinus), le râle jaune (Coturnicops noveboracensis) et le hibou des marais (Asio flammeus). Les espèces inscrites sur la Liste rouge de l’UICN et faisant partie de la catégorie « préoccupation mineure » ou d’une catégorie supérieure sont les suivantes : le bison d’Amérique, qui comprend le bison des bois et le bison des plaines (espèces quasi menacées), le moucherolle à côtés olive (quasi menacée) et le quiscale rouilleux (vulnérable).

Le caribou des bois est une espèce très importante pour le peuple Dehcho. Plusieurs facteurs, notamment la perte et la modification de l’habitat, la prédation, ainsi que la chasse et les perturbations anthropiques, ont contribué au déclin de l’espèce au Canada. En raison de son importance pour les collectivités locales qui vivent près du parc, plusieurs projets de recherche ont eu lieu au cours des quinze dernières années pour assurer le bien-être à long terme des hardes locales de caribous des bois.

Le parc compte aussi la seule population connue d’une espèce rare de plante, l’aster Nahanni (Symphytriochum nahanniense), qui est étroitement liée aux sources minérales.


Menaces

La réouverture d’une route d’hiver menant à une mine de plomb et de zinc adjacente à la réserve de parc national Nahanni pourrait avoir des effets environnementaux néfastes sur les terres, les eaux et les espèces vivantes de la réserve.

L’omble à tête plate (Salvelunus confluentus) est une espèce d’intérêt particulier dans la réserve. Ce poisson est sensible aux impacts du développement industriel et doit faire l’objet d’une évaluation de la part du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.


Lutter contre les menaces

Le personnel du parc et des représentants des Premières nations du Dehcho ont mis sur pied une équipe technique et travaillent en collaboration avec la compagnie minière afin de l’informer sur les mesures d’atténuation des risques pour l’environnement. Parcs Canada participe aussi activement au processus d’évaluation environnementale et aux mesures règlementaires d’émission de permis pour assurer la protection de l’environnement de la réserve.

Pour assurer une protection adéquate à l’omble à tête plate, un programme de recherche est en cours, en collaboration avec Pêches et Océans Canada, et prévoit l’utilisation du marquage acoustique et d’un système de récepteurs pour repérer les déplacements des individus de l’espèce.


Expérience du visiteur

Parcs Canada s’est engagé à faire de chaque parc national un endroit précieux qui occupe une place de choix dans le cœur de tous les Canadiens, perpétuant ainsi un attachement profond à l’essence même du Canada. Lors de leur visite dans la réserve de parc national Nahanni, les visiteurs peuvent pêcher, et faire du camping, du canot ou de la randonnée pédestre. La réserve est reconnue comme le joyau des parcs nationaux fluviaux sauvages du Canada. Les visiteurs, expérimentés ou non, peuvent partir en excursion de rafting, de canot ou de kayak pour une durée de huit jours à trois semaines, afin d’admirer la véritable beauté sauvage du Canada.

Il est possible de réserver un vol nolisé pour observer la réserve et la chute Virginia (Nailicho) du haut des airs.


Comments

0 Comments
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha