Protéger la biodiversité marine au Liban

02 May 2012 | Project description

Soutenir la gestion des Habitats et espèces importantes au Liban

Contexte

Les aires marines protégées (MPA’s en anglais) sont reconnues mondialement comme des outils utiles et efficaces pour la protection de l’environnement marin. Particulièrement privilégiées en Méditerranée, une centaine d’entre elles ont été reconnues dans les dernières décennies comme fournissant une protection spéciale à des zones abritant un milieu marin de grande valeur environnementale.
Assiégées par les difficultés de préserver leur mer dans son ensemble, les nations méditerranéennes se sont résolues à en extraire les quelques richesses restantes pour mettre tous leurs efforts à les conserver, et ce à travers le titre d’aires marines protégées.

Au Liban, on compte deux aires marines protégées officielles : la réserve naturelle de Palm Islands au nord, et celle de Tyre Coast au sud. Le projet « Soutien à la Gestion des Espèces et Habitats Marins Importants au Liban » est en cours d’exécution, en partenariat avec le Ministère de l’Environnement (MoE) et l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Ce projet a pour objectif principal le soutien au développement d’un réseau d’aires marines protégées (MPAs), ainsi que d’un programme commun de gestion, permettant d’évaluer l’efficience de la gestion de ces aires au Liban.

Le rôle joué par l’UICN-Med

Le projet doit aider les experts du Ministère de l’Environnement Libanais, les communautés locales et tout autre acteur pertinent à la création et la gestion d’aires marines protégées, à la réhabilitation des espèces et habitats endommagés ainsi qu’à améliorer la base des connaissances utiles à le gestion des ressources marines. Ce soutien se fait sous la forme d’une implantation technique et d’une coordination avec le Ministère de l’Environnement (MoE), afin de développer les différentes activités prévues.

Objectifs

L’objectif général est de proposer ou aider au développement de la gestion et de la conservation espèces, habitats et environnements marins et côtiers. D’autres objectifs sont les suivants :
• Améliorer la capacité nationale à enquêter, surveiller et gérer l’environnement marin et côtier ;
• Identifier des sites protégés pour la conservation marine et côtière ;
• Etendre les connaissances et développer des outils spécifiques pour collecter, organiser et analyser des données ;
• Améliorer la conservation d’espèces et d’habitats « clefs » (comme les espèces menacées, les herbiers marins etc…) ;
• Répondre aux besoins de gestion locale des ressources marines ; et
• Augmenter les actions de sensibilisation du public sur la thématique des espèces, habitats et environnements marins et côtiers.

Domaine d’action

Le projet définit 12 sites ayant besoin d’être étudiés au regard de leur biodiversité pour être qualifiés d’aires marines protégées. La conception scientifique du réseau libanais d’aires protégées se base largement sur une littérature d’évaluation scientifique des valeurs de la biodiversité, et enquête beaucoup sur divers situations de terrain telles que ; inspection des terres (complétée par les images satellites), plongée avec tuba (piscines naturelles et eaux peu profondes (moins de 5m)), et plongée sous marine (entre 5 et 20m de fond). Des interviews et des discussions avec les pêcheurs locaux de différentes zones ont été particulièrement constructives et utiles au projet. Ainsi, ces zones ont été enrichies de nouvelles données, représentant différents aspects de la biodiversité libanaise. Ce type d’analyse représente une opportunité de commencer à identifier des aires de grande valeur au Liban en termes de biodiversité ; Cela répond aux critères et autres étapes de la CBD, dans le processus d’identification de zones écologiquement et biologiquement importantes, nécessitant une protection particulière.

Activités

1- Identifier les institutions et experts nationaux en relation et impliqués dans la biodiversité marine

2- Faire l’inventaire de la biodiversité marine, en utilisant la Documentation et les données disponibles

3- Produire des cartes des habitats marins significatifs ou sensibles du Liban dans les sites suivants : 1. Zone de Nakoura rocky, 2. Péninsule de Tyre, 3. Estuaire de Qasmieh, 4. Ile de Sidon, 5. Estuaire de Awally,

6. Estuaire de Damour, 7. Airport wave breaker, 8. Falaises et grottes de Raouchech, 9. Plate forme extérieure du port de Beyrouth, 10. Estuaire de Nahr el Kaleb, 11. Estuaire de Nahr Ibrahim, 12. Vieux Port de Byblos, 13. Zone rocheuse de Medfoun, 14. Batroun, 15. Falaises de Ras Chekka, 16. Péninsule de Enfeh, 17. Iles de Tripoli, 18. Estuaire de Areeda.

4- Développer des cartes recensant les activités humaines maritimes ainsi que l’interaction entre les ressources en tant que données du GIS (Système d’information géographique en anglais)

5- Développer une stratégie pour les aires protégées au Liban. Cette stratégie précise : en quoi les politiques en matière d’aires marines protégées sont adéquates au sein du cadre politique général du gouvernement, ce que nous voulons accomplir en créant un réseau d’aires marines protégées, et comment nous avons l’intention d’utiliser les outils à notre disposition et de travailler avec les différents acteurs pour atteindre ces objectifs.

6- Surveiller le manuel du GIS basé sur les résultats de l’évaluation sur la biodiversité marine : Des enquêtes approfondies ont été menées sur trois sites : Ras Chekka, l’île de Tyre et Batroun.

7- Enquête sur l’efficacité de la gestion : décider de futures actions et stratégies pour améliorer le réseau d’aires marines protégées existant au Liban, et mettre en place des actions spécifiques pour identifier de nouvelles aires marines protégées, compatibles avec la Stratégie Nationale sur les Aires Marines Protégées. Celle-ci a pour objectif de satisfaire les critères imposés par la CBD pour la réalisation de ses objectifs en matière d’aires marines protégées.

8- Un atelier national sur les Aires Marines Protégées et Programme de Gestion, réunion avec les différents acteurs et les partenaires

9- Identifier les besoins en vue d’une future formation en matière de gestion des aires marines protégées.

Partenaire

Le Ministère de l'Environnement Libanais

Durée

De janvier 2009 à Décembre 2013

Donateurs

L’Agence Espagnole pour la Coopération Internationale et le Développement (AECID en espagnol), Organisme Autonome des Parcs Nationaux d’Espagne (OAPN en espagnol) et la Fondation MAVA.

Budget

200 000 euros
 

Pour plus d'informations:: Alain Jeudy de Grissac