Qui sommes nous?

Le PAPACO travaille sur une région constituée de :

  • 26 pays qui comptent + de 300 millions de personnes
  • 4 langues « internationales » et des centaines de langues locales
  • Plus de 2000 AP recensées dans la Base de Données Mondiale des Aires Protégées avec :
  • Un bon potentiel de conservation et encore de vastes écosystèmes à préserver, notamment forestiers
  • Une biodiversité riche, et par endroit abondante
  • Mais des résultats de gestion des aires protégées souvent insuffisants pour assurer la conservation durable des sites,
  • Des niveaux professionnels inégaux entre les pays, avec peu de capacités présentes pour la planification, le suivi, le rapportage, le financement durable…
  • Et beaucoup d'attentes pour progresser

Axes de travail

La démarche du PAPACO s'articule autour de quelques modes de travail principaux et ce quels que soient les sujets abordés (biodiversité, développement local, climat, économie…) :

  • L' évaluation pour permettre la progression : mettre en place des systèmes simples de suivi/évaluation des modes de gestion des aires protégées, dans toutes les catégories… Cela comporte la mise en place d'outils, de méthodes, de standards, de guides des bonnes pratiques… et bien sûr la réalisation d'un nombre significatif d'évaluation, à différentes échelles dont les résultats sont diffusés largement…
  • Le développement des connaissances nécessaires à la gestion et à l'amélioration de la conservation de la nature dans la région ; il s'agit avant tout de conduire les études sur les sujets utiles pour progresser, s'interroger, changer de modes de faire…
  • La mise en place de solutions innovantes permettant de répondre aux challenges identifiés lorsque c'est possible ; cela concerne la transformation des modes de gestion, mais aussi des questions plus ciblées comme l'équité…
  • Et des formations adaptées aux nouveaux enjeux, sous forme de modules ciblés, de formations continues, d'un master régional etc. ; cela concerne les gestionnaires d'aires protégées, mais va bien au-delà en direction de tous leurs partenaires sur le terrain...

Une structure légère

Une poignée de collaborateurs basés au siège du PACO à Ouagadougou ou sur site lorsqu'il s'agit de projets. Mais le PAPACO s'appuie avant tout sur son réseau de partenaires : administrations des Etats intéressés, ONG et associations locales, experts individuels, membres des commissions de l'UICN (en particulier de la commission mondiale des aires protégées)… Nombreux sont ceux et celles qui contribuent à faire vivre le programme, par leur participation volontaire aux travaux, leurs communications dans la lettre mensuelle, les informations qu'ils partagent…

En particulier, un groupe d'experts associés est plus particulièrement impliqué dans la vie du programme et contribue à la réalisation de nombreuses de ses activités. Sont importants également les évaluateurs formés dans le cadre du projet APAO qui intervienne nt particulièrement dans l'évaluation des modes de gestion des aires protégées de la région et les membres du CST de ce projet qui encadrent ses travaux.

Des partenaires de plus en plus nombreux

Historiquement soutenu par le Fonds Français pour l'Environnement Mondial (FFEM), le PAPACO a tissé de nombreuses relations avec les principaux partenaires impliqués dans la conservation et soucieux de faire progresser les impacts de leur action dans les aires protégées. Il convient de les remercier ici pour leur confiance et le niveau de confiance de plus en plus important qu'ils nous confèrent.

Le PAPACO répond ainsi aux demandes de grands bailleurs environnementaux comme le Global Environment Fund mais participe aussi à de petits programmes locaux, comme celui mis en place par le FFEM pour appuyer la société civile au Sud (PPI). De plus en plus, il tente de s'appuyer sur des donateurs régionaux comme le Fonds Africain pour le Patrimoine Mondial pour renforcer ses partenariats sur le terrain.