Autrefois, il n'existait aucune estimation de la valeur économique de la plupart des ressources et lors des prises de décisions en matière de gestion des priorités de production des écosystèmes, la perte économique que représentait la gestion intensive des terres pour seulement un ou deux produits, comme le bois ou le bétail, a pu être sous-estimée. De plus, le coût lié à la préservation des écosystèmes en vue d'assurer les services pour des bénéficiaires locaux ou éloignés (comme l'eau stockée au niveau des montagnes pour les populations en aval dans les bassins hydrologiques), n'est pas pris en compte. Les communautés locales, tout comme les fournisseurs, ne tirent pas suffisamment profit d'une diminution de leur activité d'extraction ou de leurs besoins en ressources pour que cela soit compatible avec une demande en ressources de bénéficiaires éloignés.

Ainsi, indemniser équitablement les communautés locales pour leur rôle de protecteur des écosystèmes tout en assurant un taux durable d'exportation des ressources représente déjà un premier défi : identifier et évaluer les ressources le plus justement possible. Une fois les valeurs des ressources identifiées et reconnues, des mécanismes peuvent être mis en place pour « enregistrer » cette valeur et la transmettre aux communautés locales. Outre les instruments économiques traditionnels, des techniques innovatrices d'évaluation de l’environnement permettent d'accorder une valeur économique à de nombreuses ressources qui traditionnellement n'ont pas été mesurées.

Des mécanismes innovants sont donc nécessaires afin de protéger les écosystèmes de montagne, encourager les communautés à poursuivre leur rôle de protecteur et enfin préserver l’ensemble des ressources dont dépendent les populations nationales et mondiales. Les Paiements pour services environnementaux (PSE) tels que les marchés volontaires du carbone, l'aide apportée aux agriculteurs souhaitant s'engager d’eux-mêmes dans des mesures agro-environnementales et reconnaissant le rôle prépondérant des agriculteurs de montagne dans la fourniture de services environnementaux, les nouvelles opportunités commerciales permettant d'associer les produits culturels aux produits naturels de la montagne, et la diversification des produits haut de gamme afin de bénéficier d'un avantage compétitif sur le marché mondial, pourraient contribuer au développement des économies rurales méditerranéennes dépendantes de l'utilisation durable des ressources naturelles.