L'eau est la principale restriction à la vie dans la région méditerranéenne du fait des contraintes hydriques propres à son climat : de faibles précipitations annuelles (se concentrant principalement sur la période hivernale) et une période de sécheresse plus ou moins longue et intense durant l'été.

Les écosystèmes terrestres méditerranéens (forêts, zones boisées, broussailles et prairies) constituent une mosaïque de paysages qui favorisent la préservation des écosystèmes aquatiques de la région, s'étendant des zones montagneuses aux régions côtières. Ces écosystèmes terrestres fournissent un grand nombre de biens et de services et jouent un rôle primordial dans le captage, la rétention, le stockage et la distribution de l'eau. À cet égard, voici quelques exemples de fonctions et avantages offerts par les forêts :

  • Atténuation des effets des inondations : le sol des forêts de montagne stocke l'eau de pluie et régule son écoulement vers les terres en aval et vers la mer. Ainsi, les forêts méditerranéennes et les zones humides occupent une place cruciale dans la prévention et la minimisation des effets des inondations. Ces dernières représentent les catastrophes les plus fréquentes et les plus onéreuses causées par l'eau.
  • Contrôle de l'érosion et des glissements de terrains : les forêts matures contribuent pleinement à la réduction des fortes précipitations au moyen de l'évapotranspiration et de leur capacité à stocker l'eau de pluie, puis à la rejeter progressivement dans les aquifères. Ce processus permet d'adoucir les effets négatifs éventuels du ruissellement des eaux (transport de sédiments accompagné d'une érosion des sols et de risques de glissements de terrain).
  • Renouvellement de la nappe phréatique : le couvert forestier participe au lent transfert du surplus d'eau dans les aquifères. Ces dernières continuent à fournir de l'eau même après des périodes de sécheresse, représentant ainsi une source d'eau fiable, essentielle aux humains et à la préservation des fonctions de l'écosystème.
  • Purification de l'eau : en général, les sols et les systèmes radiculaires des forêts participent à la purification de l'eau de pluie en absorbant les contaminants. Pour cette raison, préserver et restaurer les sols forestiers est non seulement essentiel pour le stockage de l'eau, mais également pour la préservation du rôle de filtre que joue la forêt et qui permet d'obtenir des eaux souterraines de grande qualité.
  • Ruissellement de l'eau : les forêts et les zones humides aident à contrôler le ruissellement afin de préserver la vie dans les écosystèmes aquatiques et ceux liés à l'eau.
  • Biodiversité : préserver les forêts améliore les conditions environnementales des cours d'eau (l'ombre des arbres permet de réguler la température de l'eau) et apporte des nutriments, par exemple des feuilles ou du bois en décomposition, aux organismes aquatiques. En outre, les forêts génèrent un microclimat aux alentours des cours d'eau. Par le passé, cela a permis d'assurer la survie d'espèces uniques de l'époque tertiaire lors de changements climatiques soudains.

Ainsi, les stratégies méditerranéennes d'adaptation au changement climatique devront donner la priorité à la préservation des fonctions et des avantages liés à l'eau qu'offrent les forêts. Elles devront également s'assurer que le bilan hydrique au sein des écosystèmes et au niveau des terres exploitées est favorable. Cela se traduira par le développement de bonnes pratiques de gestion des sols qui initieront des approches innovantes en matière d'utilisation des terres axées sur les espèces agricoles et sylvicoles.