Le programme implique 5 pays (Algérie, Egypte, Libye, Maroc et Tunisie), et doit être mis en œuvre par le centre UICN-Med en tant que composante du Programme Méditerranéen de l’UICN, ainsi qu’en étroite collaboration avec les membres UICN, les autorités nationales concernées et les organisations internationales partenaires.

Le territoire d’Afrique du Nord compte une grande diversité biologique, terrestre comme marine, liée à sa variabilité géomorphologique et à la diversité des espèces composant sa faune et de sa flore. Les paysages et écosystèmes de la région sont aussi très divers.

Cependant, bien que fournissant des services contribuant largement au bien-être économique et social des populations, les écosystèmes d’Afrique du Nord ont été victimes de surexploitation et d’autres utilisations ou méthodes de gestion irrationnelles de leurs ressources naturelles.
Par conséquent, le statut des écosystèmes de la région est souvent qualifié de critique, posant de nouveaux défis pour l’utilisation et la conservation des ressources naturelles pour ces pays, dont l’économie dépend principalement de la conservation de ces ressources.

On s’attend à ce que les récentes évolutions politiques de la région aient un impact sur les systèmes de gouvernance présents et les politiques nationales en matière de ressources naturelles.

Dans ce contexte, l’UICN a la capacité d’influencer les changements de politique espérés, avec pour fin d’encourager l’utilisation durable et équitable des ressources naturelles dans la région.
C’est sur ces considérations que le Programme 2013-2016 de l’UICN en Afrique du Nord a désigné trois domaines d’intervention, tous faisant écho au Programme mondial de l’UICN. Il vise à atteindre 7 résultats principaux, en vue de donner de la valeur à la conservation de la nature en Afrique du Nord et de renforcer le rôle des membres UICN au niveau national et régional.

Domaine d’intervention 1 : Valoriser et conserver la nature en Afrique du Nord

Résultat 1.1: Des connaissances fiables en matière de valorisation et conservation de la biodiversité mènent à une représentation élargie et à une gestion améliorée des aires protégées en Afrique du Nord

Résultat 1.2: Des connaissances fiables en matière de valorisation et conservation de la biodiversité mènent à une meilleure conservation des espèces et des écosystèmes en Afrique du Nord
Résultat 1.3: Les objectifs posés par les conventions internationales concernées ont été atteints en Afrique du Nord.

Avec une attention particulière portée sur une revitalisation dans la mise en place en Afrique du Nord de la convention sur le Patrimoine Mondial de l’UNESCO, et ce à travers :

(i) Un soutien aux pays dans l’élaboration de dossiers de nomination pour un ensemble de sites, dans le but de les proposer comme candidats à la liste du Patrimoine Mondial
(ii) Une assistance aux sites d’Afrique du Nord faisant déjà partie de la liste, afin d’assurer la conservation des valeurs universelles exceptionnelles ayant justifié leur inscription
(iii) Une exploration des opportunités de jumeler certains sites du Patrimoine Mondial situés en Afrique du Nord avec d’autres de la région méditerranéenne

Dans ce contexte, l’UICN-Med va collaborer avec le Programme du Patrimoine Mondial, le Programme Mondial de l’UICN pour les Aires Protégées, le Secrétariat de la Convention du Patrimoine Mondial, la Commission Mondiale de l’UICN sur les Aires Protégées, ainsi qu’avec l’Office Régional d’Asie de l’Est de l’UICN.

Domaine d’intervention 2: Une gouvernance efficace et équitable de l’utilisation de la nature en Afrique du Nord

Result 2.1: Des mesures de gouvernance améliorées sur la gestion des ressources naturelles en Afrique du Nord et une conservation équitable, avec des bénéfices concrets pour les conditions de vie en général.

Domaine d’intervention 3: Déployer des solutions basées sur la nature, afin de répondre aux défis globaux du climat, de l’eau et du développement

Résultat 3.1: Le savoir local, l’agriculture traditionnelle et les systèmes d’élevage sont valorisés et utilisés en adéquation avec les changements globaux, la sécurité alimentaire et le développement

Résultat 3.2: La valeur économique des services attachés à la biodiversité et aux écosystèmes a été évaluée, et contribue à produire des alternatives aux pratiques qui affectent négativement les écosystèmes et la vie des populations qui en dépendent.

Résultat 3.3: Les politiques et actions en matière d’économie verte en Afrique du Nord sont améliorées, grâce à une intégration plus forte au sein de la gestion des risques des services attachés à la biodiversité et aux écosystèmes.