Aquaculture

aquaculture, méditerranée

Aquaculture durable

L'aquaculture est une alternative possible pour la production de poissons dans la région méditerranéenne. Elle doit être intégrée aux autres secteurs, tels que le tourisme ou la pêche traditionnelle, et son impact sur l'environnement doit être réduit au minimum grâce à une bonne gestion.

 

Aquaculture en Méditerranée


L'aquaculture se développe rapidement dans plusieurs pays méditerranéens. Dans de nombreux cas, elle est mise en œuvre dans des zones peu profondes pour des raisons pratiques, et de nombreux problèmes environnementaux peuvent survenir si le site n'est pas sélectionné de manière appropriée. L'impact peut être très important tant pour les écosystèmes que pour la production. Le succès et la viabilité d'un projet d'aquaculture dépendent des conditions environnementales, ainsi que des aspects sociaux, administratifs, économiques et techniques, de telle sorte que le choix du site est essentiel et que des directives strictes en matière de gestion doivent être suivies.


Au niveau régional, l'objectif est de mettre en évidence l'impact environnemental, social et économique de l'aquaculture sur l'environnement et de trouver des solutions pour permettre son développement durable. À cette fin, l'UICN-Med a travaillé en étroite collaboration avec la Fédération Européenne des Producteurs Aquacoles (FEAP) et avec le soutien du Ministère Espagnol de l'Environnement, du Milieu rural et Marin, afin d'élaborer des Directives pour le développement durable de l'aquaculture en Méditerranée.

Une série de trois Guides pour le Développement Durable de l’Aquaculture Méditerranéenne a été publiée par l’UICN-Med :

  • Le 1er guide, traitant des « Interactions entre l'aquaculture et l'environnement », aborde l'élevage de poissons et de crustacés, et plus particulièrement la pisciculture et l'élevage en cages, du fait de la prédominance de ces activités dans la Méditerranée.
  • Le 2ème guide, intitulé « Aquaculture : Sélection et gestion des sites », vise à fournir au lecteur un ensemble complet de paramètres et d'éléments de réflexion, s'appliquant à la sélection et à la gestion des sites d'aquaculture.
  • Le 3ème guide, intitulé « Aquaculture : Pratiques Responsables et Certification », met en lumière plusieurs questions intéressantes pour la discussion, comme le marketing ou le soutien à la gestion de la certification, et l'approche volontaire ou obligatoire de certification de la durabilité.

Plus de 50 experts de différents domaines, y compris des socio-économistes, des biologistes, des avocats, des producteurs aquacoles, et des représentants du gouvernement et des organisations environnementales de la plupart des pays méditerranéens ont participé à un certain nombre d'ateliers. Ces principes et lignes directrices sont le résultat de longs débats au cours de ces ateliers et réunions de coordination ultérieure, ainsi que de nombreux échanges entre experts.


Au niveau national, et conformément à l'engagement pris auprès de la Convention des Nations Unies sur la Diversité Biologique (CDB), où l'approche écosystémique a été soulignée comme un outil de gestion, en 2008, l'UICN-Med a entrepris une analyse de terrain pour évaluer deux situations différentes d'aquaculture dans deux pays d'Afrique du Nord (La Région Triangle en Égypte et Wilaya de Tipaza en Algérie) avec le soutien de l'Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement. Ce projet visait à valider la méthodologie pour la mise en œuvre de l'approche écosystémique de l'aquaculture. L'objectif était d'aider les intervenants dans l'amélioration et/ou l'établissement d’un cadre de gestion plus robuste basé sur l’approche écosystémique afin de passer à une approche consensuelle entre toutes les activités dans le domaine.
 

L’UICN-Med travaille également en étroite collaboration avec le Comité de l'Aquaculture (CAQ) de la Commission Générale des Pêches pour la Méditerranée (CGPM) dans le travail de propositions de recommandations qui seront adoptées par les États membres de la CGPM. Un protocole d'accord entre l'UICN et la CGPM a été signé en 2008 et inclut l'aquaculture comme domaine prioritaire de travail conjoint.
 

En 2010, l'UICN-Med participe au projet Mediterrane-on, sur l'Identification des Indicateurs d'Aquaculture Durable pour la Méditerranée, élaboré par la Fondation Observatoire Espagnol de l'Aquaculture (Fundación OESA). Dans le même temps, un projet français de salmoniculture durable est mené en collaboration avec le Comité Interprofessionnel des Produits de l'Aquaculture (CIPA), l'Institut Technique de l’Aviculture (ITAVI) et l'Institut National de Recherche Agronomique (INRA) en vue de fournir des recommandations pour un développement durable de ce secteur.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter François Simard.