IUCN - Halte à l’acidification des océans

Halte à l’acidification des océans

10 December 2009 | International news release

Une réduction drastique et immédiate des émissions est nécessaire afin d’arrêter l’acidification des océans et d’éviter une extinction massive d’espèces marines, une insécurité alimentaire et de graves conséquences pour l’économie mondiale, d’après l’UICN.

Lancé aujourd’hui à Copenhague lors de la COP 15 de la CCNUCC, le guide « Ocean acidification – the facts » présente un aperçu des données scientifiques les plus récentes sur l’acidification des océans et définit des mesures à prendre d’urgence afin d’arrêter son accélération. L’ouvrage a été réalisé avec le soutien de l’UICN, Natural England, EPOCA et Scottish Natural Heritage.

L’augmentation des émissions atmosphériques de CO2 acidifie l’eau de mer et menace des espèces et des écosystèmes précieux pour notre alimentation et notre économie. En outre, les océans ont une capacité réduite d’absorption du CO2 et de régulation du climat. Des épisodes précédents d’acidification des océans ont été liés à des extinctions massives de certaines espèces et, d’après le guide, il est raisonnable de supposer que l’épisode présent aura les mêmes conséquences. Il n’y a guère de doute à propos des bouleversements profonds subis par les océans, qui auront des impacts sur un grand nombre de vies humaines actuelles et à venir, à moins d’agir avec rapidité et détermination, conclut l’ouvrage.

« L’acidification des océans pourrait être décrite comme le double maléfique du changement climatique », explique Dan Laffoley, auteur principal du guide, Vice-président du thème milieu marin de la Commission mondiale des aires protégées de l’UICN et membre de l’équipe de pilotage scientifique de Natural England. « Nous avons présenté des exemples pour donner un aperçu des différents effets de l’acidification sur le fonctionnement des océans. Etant donné la portée possible des conséquences, nous espérons que ce guide agira comme un signal d’alerte pour les décideurs, afin qu’ils placent les océans au centre des débats et des conclusions sur le climat ».

Les océans représentent près de la moitié de la productivité de notre planète et l’humanité en bénéficie directement à travers les pêcheries de poissons et de fruits de mer. Ils absorbent aussi 25% du dioxyde de carbone émis chaque année et produisent la moitié de l’oxygène que nous respirons.

L’ouvrage constate que l’acidité des océans s’est accrue de 30% depuis le début de l’industrialisation, il y a 250 ans. Si les niveaux de CO2 atmosphérique continuent de s’élever, l’acidité de l’eau de mer pourrait augmenter de 120% d’ici 2060, soit le bond le plus important depuis 21 millions d’années. D’ici 2100, 70% des coraux d’eau froide pourraient être exposés à des eaux corrosives.

Vu le décalage entre les émissions de CO2 et un état d’équilibre, des dizaines de milliers d’années pourraient s’avérer nécessaires pour rétablir les propriétés des océans, et encore davantage pour une remise en état biologique complète. Des réductions importantes et immédiates des émissions sont donc indispensables, ainsi que des technologies susceptibles d’éliminer activement le CO2.

« Le besoin de réduire drastiquement ces émissions est réel et très urgent. La présence des océans rend notre planète habitable et la distingue des autres composantes connues de notre système solaire et d’ailleurs. Il est temps d’agir afin de minimiser les impacts sur les systèmes qui entretiennent la vie, tant qu’il n’est pas encore trop tard», dit Carl Gustaf Lundin, Directeur du Programme de l’UICN pour le milieu marin.

 

Notes pour les rédacteurs

“Ocean Acidification: The Facts”, un ouvrage d’introduction au sujet pour les conseillers politiques et les décideurs, est le produit du Groupe d’usagers de référence sur l’acidification des océans, une initiative du Projet européen sur l’acidification des océans (EPOCA).
La réalisation de ce guide a bénéficié du soutien de Natural England, Scottish Natural Heritage, EPOCA, l’UICN, ainsi que d’organisations et de scientifiques de tout premier plan, du monde entier, qui y ont contribué gracieusement en donnant de leur temps et de leurs compétences.
Pour télécharger l’ouvrage et en savoir plus sur EPOCA: http://www.epoca-project.eu/index.php/Outreach/RUG/

Pour plus d’informations ou des entretiens, veuillez contacter :

Pia Drzewinski, Relations presse UICN
Tél. +41 76 505 8865, courriel pia.drzewinski@iucn.org  

Photos et matériel: www.iucn.org .
Vidéo disponible de la Fondation Antinea

A propos d’EPOCA
EPOCA (Projet européen sur l’acidification des océans) est un projet intégré et à grande échelle du 7e Programme cadre de l’UE. Lancé en mai 2008, il a pour objectif essentiel de combler les nombreuses lacunes de nos connaissances sur l’acidification des océans et ses conséquences. Le consortium EPOCA rassemble plus de 100 chercheurs provenant de 27 instituts et de 9 pays européens. Les recherches du projet, qui s’étend sur quatre ans, sont financées en partie par la Commission européenne.
www.epoca-project.eu

A propos de Natural England
Natural England est l’organe consultatif indépendant du gouvernement britannique pour l’environnement naturel.
Créé en 2006, il œuvre pour la protection et la promotion de la faune et de la flore sauvages, ainsi que des paysages d’Angleterre ; il veille aussi à ce que le public en bénéficie autant que possible. www.naturalengland.org.uk