Apprendre des leçons du barrage de Garafiri pour réussir le projet de barrage de Fomi en Guinée

07 November 2012 | News story
1 CommentWrite a comment

Il s’est ténu les 29 et 30 septembre 2012 à Kouroussa en Haute-Guinée (Guinée Conakry), l’atelier de restitution des enseignements tirés du voyage d’étude à Garafiri en juin 2012.

Cet atelier a réuni une soixantaine de représentants des communautés locales qui seront affectées par le déplacement et la réinstallation, ainsi qu’une trentaine de représentants des services techniques et projets/programmes de la région, dans le cadre de la Global Water Initiative (GWI). Cette rencontre a été organisée par la Coordination nationale des usagers du bassin du Niger en Guinée (CNU-Guinée) en étroite collaboration avec la Direction Générale du projet d’aménagement du barrage de Fomi (DG Fomi).

Quelques mois auparavant, une trentaine de représentants des populations locales et des services techniques de la zone avaient effectué une visite sur le site du barrage de Garafiri. L’atelier de Kouroussa a été alors l’occasion pour eux de partager les expériences de Garafiri afin de mieux réaliser le projet de barrage de Fomi.

Les échanges ont permis aux participants de faire ressortir les opportunités d’action pour le succès du processus de mise en œuvre du futur barrage de Fomi. Ils ont notamment passé en revue les thèmes relatifs au partage des recettes de l’électricité et du contrat entre l’État et les populations pour garantir un développement local sur le long terme après la mise en eau du réservoir. Ces thématiques ont suscité un grand intérêt chez les participants, ce qui traduit une prise de conscience des enjeux et de la nécessité de rechercher des solutions ensemble pour éviter les problèmes constatés trois mois plus tôt sur le site du barrage de Garafiri.


Comments

1 Comment
1 Dr BANGOURA Kandè CERESCOR
pour réussir le projet de barrage de Fomi en Guinée
Cet article e un grand intérêt cet article. Chaque fois que j'y reviens, un côté m'inquiète toujours car il est très bien d'organiser des visites sur d'autres sites. Cela encourage et donne de la satisfaction aux communautés de voir réaliser dans leurs localités de telles grandes infrastructures énergétiques. le côté qui me tique est le fait des études environnementales. Garafiri n'avait pas prévu les impacts des changements climatiques (grande perturbation de la pluviométrie due à l'action humaine (déforestation, ensablement des lits des fleuves, etc. Il est temps d'y penser à cette expertise
August 12, 2013 - 01:33
Comments
  • 1-1
  • 1
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha