IUCN - La biodiversité : une arme clé dans la lutte contre le changement climatique

La biodiversité : une arme clé dans la lutte contre le changement climatique

22 December 2009 | News story

Maintenir une biodiversité saine peut jouer un rôle significatif dans la lutte contre les changements climatiques, et les aires protégées de la planète – parcs nationaux, réserves marines, zones de nature sauvage et autres – sont, à cet égard, essentielles.

Les aires protégées emmagasinent déjà grâce à leur végétation 15% du carbone de la planète. Elles ont un potentiel énorme encore inexploité, surtout lorsque l’on sait que 20% des émissions de gaz à effet de serre sont issues de la déforestation et d’autres changements dans l’utilisation des sols. Grâce à la restauration active des forêts ou des mangroves, et à la régénération naturelle au sein des aires protégées, il est possible d’augmenter de façon significative la capacité de celles-ci à emmagasiner du carbone. Sur le terrain, de multiples bénéfices sont visibles : dans l’Amazonie brésilienne, les aires protégées pourraient empêcher environ 670 000 km² de déforestation d’ici à 2050, ce qui représente 8 milliards de tonnes d’émissions de carbone évitées. En Bolivie, au Mexique et au Venezuela, les 25 millions d’hectares de forêts des aires protégées stockent plus de 4 milliards de tonnes de carbone, pour une somme estimée entre 39 et 87 milliards de dollars. 

Les aires protégées préservent la santé des écosystèmes et permettent de répondre et de réduire les risques liés aux catastrophes climatiques – lesquelles, avec 60% des services fournis par l’écosystème dégradés au niveau mondial, deviennent plus fréquentes. Les aires protégées offrent un espace permettant aux crues de se disperser, et leur capacité à stabiliser les sols empêche ou ralentit les glissements de terrain. En outre, le renforcement des écosystèmes côtiers créé une zone tampon atténuant l’impact des tempêtes. Enfin, la restriction de l’invasion humaine dans les zones sujettes aux incendies permet de réduire le nombre de feux sauvages.

Les aires protégées contribuent également à préserver les services fournis par l’écosystème dont nous dépendons : purification de l’eau, protection des stocks de poissons, autres ressources alimentaires et remèdes médicinaux traditionnels, entre autres. Là encore, des bénéfices importants peuvent déjà être observés : 33 des 105 plus grandes villes du monde tirent par exemple leur eau potable d’aires forestières protégées et au Kenya, la protection des récifs coralliens a déjà amélioré l’état de santé de la pêche, et donc la situation économique des communautés locales.