COP10 de la convention d’Abidjan : le PRCM présente ses réussites phares

13 November 2012 | News story

La mise en place d’un Réseau régional sur les Aires Marines Protégées et le processus de signature par 6 pays d’une charte sur la gestion de la mangrove, sont les deux initiatives que le Partenariat Régional de Conservation de la zone marine et côtière (PRCM) et ses alliés ont partagé ce lundi avec les participants de la 10éme Cop de la Convention d’Abidjan qui se tient actuellement à Pointe Noire, au Congo.

La mise en place du RAMPAO en 2007 a été soutenue par la Fondation du Banc d’Arguin FIBA, l’un des membres fondateurs du PRCM. Le réseau regroupe actuellement 25 AMP membres établies dans 5 pays d’Afrique de l’Ouest et couvre prés de 95% de la superficie totale des AMP existantes. Le RAMPAO vise à mettre en lien des sites clés représentatifs de la sous-région ouest-africaine, créer des synergies entre les AMP sur des sujets d’intérêt commun et rendre fonctionnelles et opérationnelles les AMP de la région pour une bonne gestion des ressources naturelles de la zone côtière et marine. En termes de résultats, ce réseau qui a été formellement reconnu par les sept Etats de la zone d’intervention du PRCM, a réussi à développer une importante base de données et un système d'informations sur les AMP et l'éco-région et à améliorer significativement la qualité de la gestion des AMP (par le biais du renforcement des capacités, le développement et l'application d'outils de gestion etc..).

Une autre grande réussite du PRCM est son implication dans l’initiative menée par Wetlands Afrique et le bureau de l’UICN au Sénégal concernant l’élaboration et la signature, par les ministres chargés de l’environnement de la Gambie, de la Guinée, de la Guinée Bissau, la Mauritanie, du Sénégal et de la Sierra Léone, d’une charte pour la préservation et la gestion durable de la mangrove. En signant cette charte, les Etats s’engagent à coopérer pour promouvoir un usage et une exploitation durable de la mangrove, à adopter des principes de restauration des écosystèmes dégradés et à réglementer le marché des sous-produits. La charte est assortie d’un plan d’actions qui définit les principaux axes de collaboration. Weltands International et UICN Sénégal se fixent comme perspectives de soutenir la ratification de la charte par tous les parlements et de la faire évoluer vers un protocole additionnel de la convention d’Abidjan.

La synthèse des autres acquis du PRCM a aussi fait l’objet d’une présentation en plénière de la réunion des experts de la COP de la convention d’Abidjan. Nous pouvons citer le renforcement de la coopération régionale dans le domaine de la conservation, une croissance importante des financements de la conservation marine en Afrique de l’ouest, le renforcement des capacités des institutions et des acteurs avec plus de 100 sessions de formations ainsi que des visites d’échanges organisées dans les différents pays couverts par le partenariat. En outre, le PRCM a aussi appuyé l’élaboration et la mise en œuvre de plans d’actions régionaux pour la conservation d’habitats et d’espèces clés telles que les requins, tortues, lamantins, etc.
Il a aussi grandement contribué au lancement d’un réseau de parlementaires de la sous-région pour la conservation du littoral ouest –africain dont l’objectif est de renforcer la gouvernance environnementale dans ces pays.
Aujourd’hui le PRCM vient d’entamer la 3éme phase de son programme dont l’innovation majeure réside dans le processus de reforme de sa gouvernance visant une meilleure participation des différentes catégories d’acteurs. Cette reforme a d’ailleurs justifié sa nouvelle appellation qui est désormais le «Partenariat Régional de Conservation de la zone Côtière et Marin » (PRCM).
 

Pour plus d'informations, veuillez contacter Dr Ahmed Senhoury ahmed.senhoury@iucn.org ou consulter le site du PRCM www.prcmarine.org


Une vue aérienne d'écosystèmes d'Afrique centrale et occidentale