Il est temps de prendre la durabilité au sérieux. Dans le cadre des préparatifs pour la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (CNUDD), l’UICN appelle à de plus grandes avancées vers un monde plus propre, plus équitable et plus prospère. Elle estime que la conservation de la nature est essentielle au développement durable et souhaite que les solutions naturelles aient une place centrale dans la réponse à des enjeux planétaires, comme le changement climatique et la pauvreté.

La CNUDD, connue sous le nom de « Rio+20 », aura lieu du 20 au 22 juin 2012. Elle marque le 20e anniversaire du Sommet de la Terre de 1992, qui s’est également tenu à Rio et qui a abouti à l’adoption d’Action 21, un plan d’action ayant pour but de repenser la croissance économique, promouvoir l’équité sociale et assurer la protection environnementale.

« Quelques progrès ont été faits vers la durabilité, mais ils restent bien en-deçà de l’échelle nécessaire », dit Constanza Martinez, responsable principale des politiques à l’UICN. “Il y a des conventions et des politiques environnementales en nombre suffisant ; ce qu’il faut, ce sont des gouvernements qui les mettent en œuvre et qui rendent des comptes. »

Rio+20 réunira de nouveau les gouvernements et les organisations de la société civile en vue de parvenir à un accord sur des modalités permettant de faire évoluer le modèle économique et social existant, afin d’assurer une vraie prospérité et de partager équitablement le pouvoir pour une prise de décisions efficace.

« Nous voulons que la nature soit au cœur du débat sur l’économie verte. La conservation de la nature – nos forêts, nos océans, nos zones humides… - apporte des solutions à de nombreux problèmes, notamment la sécurité alimentaire, hydrique et énergétique. Les gouvernements doivent intégrer ces solutions naturelles dans leurs plans de développement », dit Constanza Martinez.

« Il faut également des procédures décisionnelles beaucoup plus participatives et transparentes en matière d’environnement. La conservation de la nature est l’affaire de chacun et la responsabilité de chacun, depuis les gouvernements et les entreprises jusqu’aux consommateurs et aux communautés locales. »

Ayant joué un rôle majeur dans tous les grands événements environnementaux depuis la moitié du 20e siècle, l’UICN a les connaissances et l’expérience nécessaires pour éclairer le processus de Rio 2012. Elle est en train d’œuvrer énergiquement pour que la conférence aboutisse à des résultats concrets ayant des effets positifs sur le terrain. Ces résultats doivent être bénéfiques pour les gens ordinaires.

Suivant de près Rio+20, le Congrès mondial de la nature de l’UICN, qui se tiendra en septembre 2012, sera la première étape de mise en œuvre des mesures adoptées à Rio.

Présente à tous les niveaux, depuis les instances politiques les plus élevées jusqu’au terrain, et ayant des experts compétents dans tous les aspects de la durabilité, l’UICN est bien placée pour traduire les politiques en actions concrètes. Le Congrès présentera des exemples de « pratiques optimales » à des professionnels de la conservation, des dirigeants d’entreprise et des politiciens de toutes les régions du monde. 

Pour en savoir plus, veuillez consulter la version en Anglais.